Diversifier ses cultures en sec est aujourd’hui une très bonne stratégie pour partager les risques d’accidents de production et sécuriser une marge globale correcte. Il est déterminant de faire tourner des cultures d’automne avec des cultures de printemps en fonction des potentiels de ses parcelles. Prenons l’exemple d’une exploitation avec des coteaux séchant, des plaines profondes et une partie irrigable (1 à 3 tours). Pour répartir les risques, l’exploitant a choisi de travailler 6 cultures : 3 céréales à paille sur 50 % de la SAU, du tournesol et du colza sur 15 % chacun et du maïs sur 20 % de la SAU.

Bien positionné et piloté, le maïs mérite toute sa place dans ce système. Voici quelques exemples de préconisations Pioneer (à affiner avec votre représentant Pioneer) :

  • mettre en place un Sem’Expert Dry sur les terres de coteaux moyens à bons en sec (IPSH 5) pour sécuriser une marge grâce à une récolte à la norme mi-septembre ; les bénéfices agronomiques du Sem’Expert Dry vont en plus permettre d’implanter la culture suivante dans de bonnes conditions ;
  • implanter un hybride AQUAmax sur les terres profondes sans irrigation pour valoriser vos sols à fortes réserves utiles (IPSH 4) ;
  • maximiser votre marge avec 3 tours d’eau ou moins (IPSH 3) sur les terres irrigables avec un hybride Sem’Expert Marge qui permettra de récolter à de très faibles humidités ET tôt pour semer un blé en suivant dans de bonnes conditions.

D’autres solutions existent, en fonction, par exemple, de la capacité de l’exploitation à sécher, du choix d’enchainer avec une culture d’hiver ou non, etc … Chaque système est différent. Et pour chaque système, Pioneer, par son expertise, vous accompagnera pour sécuriser vos objectifs par un conseil personnalisé.

N’hésitez pas à contacter vos agents Pioneer pour évaluer avec eux différentes stratégies.