Comme Eric Bourdelaix, exploitant à Vernas (38). Au milieu de bonnes parcelles irriguées qu’Eric sème avec des tardifs, se trouve une parcelle de 5 ha non irriguée à bas potentiel. Jusque-là, il y semait un blé avec lequel il faisait une marge vraiment très moyenne. Et puis sont arrivés les hybrides Sem’Expert Dry.

« L’îlot se trouve à 8 km de mon exploitation. Avec ce blé, je devais déplacer le matériel pour semer, fertiliser et traiter, pour seulement 5 ha. Contrairement aux autres agriculteurs du secteur qui font du Sem’Expert Dry pour casser le cycle des ray-grass, moi je l’ai d’abord choisi pour me simplifier la vie. Déjà parce que je peux le semer en même temps que mes autres parcelles de tardifs », confie Eric.

Il a semé le 2 avril à 78 000 pieds/ha et a apporté 150 unités d’azote. « Je pense que je vais pouvoir récolter début septembre aux normes, à 15% d’humidité, si le temps continue comme ça. Je suis curieux de voir le résultat économique », conclut Eric Bourdelaix.