Les deux objectifs principaux qu’Almaric Guidoux, éleveur à Arpheuilles dans le Cher, avait fixé au Sem’Expert Dry ont été remplis. Ses deux parcelles ont été nettoyées et libérées tôt, le 10 septembre. Sur 6 et 8 ha, des terres assez séchantes, Almaric maintenait une rotation colza/blé/orge. Mais le salissement par des graminées, du vulpin notamment, commençait à devenir trop gênant et incontrôlable.

Sur les conseils de son agent Pioneer, il a introduit un maïs capable de valoriser ces sols et ainsi profiter du pouvoir « nettoyant » de cette culture de printemps. Non content d’avoir 14 ha nickel, il a fait une moyenne de 59,8 q/ha à 15 % H20 pour une marge de 530 €/ha.

Ces résultats de Sem’Expert Dry ont intéressé plusieurs voisins et amis qui ont des difficultés d’implantation du colza et des problèmes de salissement par les adventices des céréales d’hiver. De nouveaux ambassadeurs en perspective.

En savoir plus sur Sem’Expert Dry