Les spécialistes Pioneer de la méthanisation sont allés rendre visite à leurs collègues allemands, près de Hambourg, où l’industrie du biogaz compte environ 9 000 unités de méthanisation.

Il est principalement ressorti de l’échange que plus le maïs contient de l’amidon facilement digestible, donc facilement fermentescible, mieux c’est. Avantage donc aux dentés farineux et aux m3 qui en plus produisent un tonnage en MS supérieur à l’hectare.

Les experts allemands ont également rappelé l’intérêt de 11CH4. Un inoculant spécial méthanisation qui, tout en préservant la Matière Sèche dans le silo, permet de faire plus de gaz (+ 8 % mesurés) avec la même quantité de matière.
Ils ont d’ailleurs observé une meilleure cinétique au démarrage avec un substrat inoculé ainsi qu’une baisse de la consommation énergétique du méthaniseur, notamment grâce à un digestat* plus fluide pour le même taux de MS, donc plus facile à brasser.

La 3ème photo montre en haut un digestat à 12 % de ms et en bas un digestat à 14 % de MS.