Christophe Bodet, élève des laitières à Rorthais (79) qui font chacune entre 10 et 11 000 L de lait. Leur ration, composée aux ¾ d’ensilage de maïs et ¼ ensilage d’herbe, avait un point faible : pas assez d’énergie, ce qui l’obligeait à ajouter de 1 à 2 kg de céréales.

Avec son maïs fourrage m3, qu’il a fait sur 1/3 de sa sole maïs, il a réglé le problème. L’hiver dernier, il n’a pas eu besoin de céréales.

Christophe veut mener ses maïs fourrage m3 à 38 % MS, pour maximiser leur teneur en amidon farineux hautement digestible. Et ce qu’il apprécie en plus dans ce fourrage, c’est sa souplesse de récolte, qui permet de faire face aisément à des conditions météo changeantes rapidement ou à des indisponibilités de matériels lorsque le temps de la récolte est venu.