Pour Yoann, exploitant en Vendée, 2019 aura été la première fois où il aura semé en mars. Fin mars. Même s’il est engagé en Sem’Expert depuis plusieurs années avec Pioneer, il maintenait ses semis entre le 20 et le 25 avril. Par habitude, par mimétisme avec les exploitants alentours.

C’est bien la relation de confiance qui s’est développée avec son agent Pioneer qui a emporté la décision de semer précocement. Les conseils agronomiques et climatiques ont toujours été pertinents et exacts, la qualité de service est toujours au rendez-vous. Alors pourquoi le semis précoce serait un mauvais conseil ?

À date, les 60 ha semés sont une réussite comme le montrent les photos.