Les sols compactés occasionnent systématiquement entre 5 et 30 % de pertes de rendement, quelle que soit la culture, que la parcelle soit irriguée ou non. Car un sol compacté limite la croissance des racines et fournit moins d’eau et des nutriments à la culture. Ces chiffres, peu rassurants, sont le résultat de plusieurs expérimentations.

Le compactage près de la surface du sol, s’il peut réduire considérablement le rendement dans certaines conditions, peut ne pas persister longtemps dans le sol s’il est bien géré. En revanche, un compactage en profondeur est difficile à éliminer et peut affecter négativement la croissance et le rendement des cultures pendant des années après le compactage.

Il faut bien savoir que chaque intervention compacte le sol. Lorsque cela est possible, il convient donc de prendre toutes les mesures possibles pour limiter au maximum le compactage :

• faire correspondre les tailles des outils de sorte que les différents outils suivent les mêmes traces de roues.
• ne pas circuler au hasard dans les champs avec de l’équipement lourd, suivre les traces de roues déjà établies,
réduire le nombre d’opérations de travail du sol par campagne. Le travail du sol réduit le compactage dans la zone labourée mais augmente souvent le compactage du sol juste en dessous de la zone de travail du sol.
• faire correspondre correctement les poids de l’équipement et les répartitions de charge avec les interventions.
• intégrer des pratiques qui permettent d’augmenter la teneur en matière organique du sol.
• insérer des cultures ou des couvertures végétales avec des structures racinaires qui tendent à réduire la compaction du sol.