Pioneer&moi

Agriculteur Bio le jour, DJ la nuit

Je m’appelle Raphaël Descat. J’ai 25 ans. Je suis agriculteur en bio à Jû-Belloc dans la vallée de l’Adour (Gers). J’ai 20 ha de maïs Pioneer, 15 ha de soja, 3 ha de haricots-maïs et 2 ha de tournesol. Je suis installé sur l’exploitation familiale dans laquelle nous sommes agriculteurs de père en fils depuis 5 générations.

Je suis également animateur DJ sur des fêtes de village et dans des bals disco depuis 6 ans. J’ai créé une société avec un associé et nous possédons aujourd’hui deux disco-mobiles. Nous répondons à tous types d’événements de 100 à 1500 personnes, de la soirée privée aux fêtes locales en passant par les mariages. La disco-mobile me permet de m’évader du quotidien de l’exploitation, de rencontrer des gens, de me changer les idées… et de faire la fête aussi !

Tout s’est fait un peu par hasard. Au début, j’ai fait ça en amateur, mais les demandes de plus en plus nombreuses m’ont incité à professionnaliser mes prestations.
Être à la fois agriculteur bio et DJ c’est très contraignant pour l’exploitation, d’autant que je m’occupe également d’un silo en bio et conventionnel qui me prend aussi beaucoup de temps. Heureusement, je peux compter sur ma famille : mon père et mon oncle qui m’aident sur l’exploitation et ma petite amie qui vient me prêter main forte de temps en temps sur les événements que j’organise.

 

Mon maïs bio avec Pioneer

J’ai commencé l’agriculture bio en 2018 pour aller chercher de nouveaux débouchés et mieux valoriser mes cultures. Avec le bio, je retrouve vraiment le sens du travail au niveau agronomique. Pour mes maïs 2020, j’ai choisi Pioneer avec le P9074 sur 6 ha et le P9911 sur 10 ha, car ils ont une bonne vigueur de départ avec des plantes qui montent haut et des feuilles larges qui couvrent bien le sol pour empêcher les adventices de pousser dans les inter-rangs avec un potentiel de rendement assez stable. J’ai préféré le P9074 au P0725 de 2019 pour deux raisons principales : le P9074 est plus court et il permet d’éviter les verses en cas de tempête. Il nécessite moins d’azote et est plus précoce aussi. Je les ai semés les 22 et 24 mai à 93 000 pieds / ha dans de bonnes conditions. Je sème assez dense pour compenser la perte de pieds, puisque je ne peux pas traiter.
Nous avons eu un bon printemps, mais un été très sec qui nous a obligés à beaucoup irriguer. Le bio m’oblige à m’adapter jour après jour au niveau humain et matériel. C’est là aussi que j’apprécie l’accompagnement de Pioneer : ils sont proches de nous, il y a un bon suivi sur le terrain avec Clément et je ne me sens jamais seul. Mon objectif cette année : atteindre les 100 q/ha. Mais j’espère au final être entre 110 et 115 q/ha avec 25 à 28% d’humidité pour éviter principalement l’égrainage à la récolte. C’est bien parti !
Mes maïs partiront ensuite en alimentation animale (poulets, poules pondeuses, bovins) et dans l’amidonnerie.
C’est ma 3ème année en bio, je peux enfin les valoriser en tant que culture 100% biologique. C’est très intéressant car le prix de vente est presque le double de celui d’un maïs conventionnel.
Mais ce résultat a un prix, car le bio nécessite plus de travail au niveau du désherbage qu’un maïs conventionnel et demande également beaucoup plus de surveillance tout au long de son cycle.

Mon parcours technique 2020 :
Il a très peu varié par rapport à 2019. J’ai rajouté seulement de la fiente de volailles comme engrais naturel. J’ai semé sur un précédent soja puis un couvert végétal AVT (avoine, vesse et trèfles) pour couvrir le sol, structurer et apporter de l’azote au sol naturellement. J’ai appliqué un désherbage mécanique lorsque cela était nécessaire. J’ai eu un peu de pyrales en fin de cycle, mais pas de taupins. C’est par conséquent plutôt une bonne année.

Le FIT, ma cartographie satellite Pioneer pour piloter mon maïs

J’ai retrouvé Clément avant la visite de mes parcelles pour faire un point sur la qualité de mon maïs avec FIT : c’est un service Pioneer en ligne qui me permet de suivre l’historique de mes parcelles grâce à des photographies satellites de mes champs prises tous les 5 jours du semis jusqu’à la récolte. Ces instantanés me montrent l’évolution de la biomasse de mon maïs. Rien n’échappe à FIT : sécheresse, qualité irrégulière du sol, attaques de ravageurs, manque d’irrigation… Les zones à problèmes sont clairement identifiées par couleurs et indices ce qui me permet de pouvoir réagir de façon ciblée et sans perdre de temps. Je peux observer ensuite facilement depuis mon ordinateur l’effet de mes actions correctives et préventives sur mes parcelles.
Je m’en suis beaucoup servi cette année du semis jusqu’à la fin de l’irrigation. Il y a eu quelques zones hétérogènes (sèches) que j’ai repérées grâce au FIT et corrigées en irriguant.

 

 

Mon tour de plaine avec Clément fin juillet

Je fais un tour de plaine avec Clément le 29 juillet pour voir mes 2 parcelles de maïs bio Pioneer P0725 et P9911. J’ai semé au 12 mai et depuis on peut dire que l’été n’a pas été de tout repos. J’ai eu tout d’abord une attaque de taupins fin juin, puis la sécheresse est arrivée avec deux coups de chaud de plusieurs jours en juin et fin juillet. Malgré cela, le maïs se porte bien, il est en pleine vigueur et le travail de binage qui a été effectué sur les conseils de Clément a visiblement porté ses fruits. Les plantes sont vigoureuses. Nous sommes en moyenne à 81000 pieds/ha. La programmation des épis est bonne. J’ai un objectif de 100 qx/ha sur mes 15 ha de maïs bio Pioneer. L’automne nous dira très vite si je l’ai atteint.

 

Résultats :
J’ai récolté les dimanche 27 et lundi 28 octobre 2019. L’objectif que je m’étais fixé est dépassé : 117 quintaux en moyenne sur les 2 parcelles.
Soient 108 quintaux pour la première et 123 quintaux pour la deuxième. Les pluies du mois d’août nous ont certainement bien aidé. En 2020, Je compte semer de nouveau du P9911. Quant au P0725, je vais le changer au profit d’un hybride qui soit aussi résistant face au stress hydrique que le P9911, mais je ne sais pas encore avec quelle référence je vais le remplacer pour le moment.

Récolte 2020 = fin octobre – début novembre