Actualités

Actualités
de votre région

19 juillet 2019
Avec le Dry, les « mauvaises terres » n’existent plus

Sur leurs terres de Saint-Maurice-de-Gourdans (01), des graviers superficiels secs, les frères Romain et Sébastien Georges dépassaient à peine 40 q/ha en orge. Depuis 2 ans, ils y font du Sem’Expert Dry.

« Sur ces parcelles à faible potentiel et situées à 10 km de l’exploitation, on faisait une mauvaise marge et on perdait du temps raconte Romain. Nous avons une activité d’entrepreneurs et on travaille des parcelles de maïs à Saint-Maurice-de-Gourdans. Notre agent Pioneer nous a alors recommandé Sem’Expert Dry pour améliorer notre marge et étaler nos chantiers de semis et de récolte. »

L’année dernière, ces « mauvaises terres » ont rendu 56 q/ha à 14 % H20. « On attend la récolte maintenant, mais cette année, l’itinéraire technique est encore resté très simple : semis le 26 mars, pas de starter, 110 unités d’azote au total et un désherbage classique. » conclut Sébastien.

 

16 juillet 2019
Vu chez le voisin

Pascal Arragon, exploitant à Collombier Saugnieu (38), compte dans sa SAU une parcelle de 9 ha non irriguée à faible potentiel. Fabrice Masson, exploitant également à Collombier Saugnieu, possède des parcelles du même type sur lesquelles il a fait pousser du Sem’Expert Dry l’année dernière : 65 q/ha à 13 % H20 alors qu’il visait 60 q/ha.

Pascal a donc décidé cette année de tester cette technique sur sa parcelle. « Mon objectif est 70 q/ha aux normes. J’ai semé à 78 000 gr/ha le 26 mars et je suis pour le moment satisfait. J’attends la confirmation de la récolte », explique Pascal. « Avec le Sem’Expert Dry, je vais en plus allonger ma rotation ce qui devrait diminuer mon poste désherbage en céréales pour la suite et diminuer la pression ray-grass. »

 

8 juillet 2019
Simplifiez-vous la vie, faites du Dry !

Comme Eric Bourdelaix, exploitant à Vernas (38). Au milieu de bonnes parcelles irriguées qu’Eric sème avec des tardifs, se trouve une parcelle de 5 ha non irriguée à bas potentiel. Jusque-là, il y semait un blé avec lequel il faisait une marge vraiment très moyenne. Et puis sont arrivés les hybrides Sem’Expert Dry.

« L’îlot se trouve à 8 km de mon exploitation. Avec ce blé, je devais déplacer le matériel pour semer, fertiliser et traiter, pour seulement 5 ha. Contrairement aux autres agriculteurs du secteur qui font du Sem’Expert Dry pour casser le cycle des ray-grass, moi je l’ai d’abord choisi pour me simplifier la vie. Déjà parce que je peux le semer en même temps que mes autres parcelles de tardifs », confie Eric.

Il a semé le 2 avril à 78 000 pieds/ha et a apporté 150 unités d’azote. « Je pense que je vais pouvoir récolter début septembre aux normes, à 15% d’humidité, si le temps continue comme ça. Je suis curieux de voir le résultat économique », conclut Eric Bourdelaix.

 

5 juillet 2019
Un projet de méthanisation ? Contactez votre agent

Le GAEC de Stivan, à Biziat (01) est accompagné depuis 3 ans par Pioneer dans son projet de méthanisation. Après avoir mené plusieurs essais de cultures, ils construisent cette année leur unité de méthanisation pour une mise en service en 2020.

Le 4 juillet, ils ont implanté après un orge plusieurs hectares de P7326 comme CIVE (Culture Intermédiaire à Valorisation Énergétique). C’est un hybride ultra-précoce idéal pour la méthanisation car en plus de son bon pouvoir méthanogène, il très adapté aux semis tardifs, tolère bien les coups de chaud et il accumule rapidement de la chaleur pour faire de beaux épis bien remplis en amidon en seulement 3,5 mois.

La récolte 2019 va constituer le stock pour le démarrage de l’unité l’année prochaine. Le GAEC teste aussi un mélange de tournesol P62LL109 à 6 kg/ha qui avait donné de bons résultats il y a deux ans, avec du sorgho à 10 kg/ha.

Si vous avez réfléchissez encore à la méthanisation ou que vous avez lancé votre projet, n’hésitez pas à contacter vos agents Pioneer qui vous apporteront de précieux conseils.

 

2 juillet 2019
2 juillet, une belle date pour fleurir

Deux photos envoyées par des agriculteurs.

À gauche, P0725 AQUAmax semé le 3 avril dans une parcelle IPSH 1 à Chavanoz par Christophe Minjat. Christophe est en train de passer son deuxième tour d’eau.
À droite, un Sem’Expert Dry semé le 29 mars par Marie-Claude Roybet dans une parcelle non irriguée.

On remarque que les deux maïs sont trapus cette année, en raison d’un climat froid et peu poussant en début de cycle. Les maïs consacrent donc plutôt leur énergie à développer l’épi plutôt que la tige.

 

26 juin 2019
m3, partenaire à l’Expo du Futur

Les maïs fourrage m3 étaient partenaires d’un concours de vaches laitières de l’Expo du Futur, l’évènement estival du Foirail de la Chambière organisé par les éleveurs de l’Ain à Saint-Denis-lès-Bourg les 14 et 15 juin.

L’Expo du Futur est un salon qui présente aux écoles et au grand public l’élevage et ses métiers à travers de nombreuses animations.

Cette année, les visiteurs pouvaient découvrir la vie d’une vache laitière ou comprendre les transformations que subit le lait pour devenir les produits laitiers que nous consommons quotidiennement.

Le samedi s’est déroulé le concours interdépartemental de la race Prim’Holstein, dont m3 était un des partenaire, et le concours départemental de la race Montbéliarde. Le dimanche se sont tenus des concours de vaches allaitantes.

 

21 juin 2019
Pioneer aux Culturales 2019 sur le stand Corteva

Pioneer est une marque semence de Corteva, une nouvelle société indépendante 100 % dédiée à l’agriculture. Le stand Corteva était constitué d’un grand chapiteau, pour présenter la compagnie, et de 3 grandes tentes pour présenter 3 pôles : les céréales, le colza et le maïs.

Le pôle maïs mettait en avant la capacité d’accompagnement et les savoir-faire de Pioneer pour aider l’agriculteur à être rentable avec du maïs sur chaque parcelle, quel que soit son potentiel, de 60 à 200 quintaux. Des services rendus possibles grâce à des innovations agronomiques et économiques imaginées pour augmenter et sécuriser la marge, et plus seulement le rendement.
Trois initiatives phares, Sem’Expert Dry, les hybrides Optimum AQUAmax et la qualité Premium, servaient d’exemple sur le pôle maïs.

On pouvait également voir le prototype de semoir Monosem pour implanter du maïs, le protéger avec un insecticide de biocontrôle, et semer de l’avoine dans l’inter-rang en guise de plante appât. Un système innovant de lutte contre le taupin qui a valu à Corteva et Monosem une médaille d’argent aux trophées des Culturales.

 

18 juin 2019
Baisser ses charges avec m3

Stéphane Tirard est éleveur à Saint-Geoire-en-Valdaine (38). Il nourrit ses 80 montbéliardes avec de l’ensilage de maïs (60 %) et de l’ensilage d’herbe (40 %), remplacé l’été par de l’herbe pâturée. Stéphane complémente à l’aide d’un DAC la ration avec du concentré VL et des tourteaux de soja et de colza.

Pour diminuer le coût de sa ration journalière, en baissant notamment la quantité de VL, il a choisi P8888, un maïs m3. Il l’a semé le 16 mai à 88 000 pieds/ha, avec un objectif de 15 T MS/ha. Grâce à sa haute teneur en amidon farineux hautement digestible, qui va concentrer en énergie l’ensilage, Stéphane devrait atteindre son objectif.

De plus, comme il fait des maïs en dérobé après des ray-grass, Stéphane Tirard va pouvoir profiter de la souplesse de récolte des m3 pour les pousser jusqu’au taux de MS nécessaire pour avoir la teneur en amidon voulue.

En savoir plus sur m3

14 juin 2019
Premium, meilleur que le standard qui est déjà très bon

Plusieurs agriculteurs se sont réunis avec leur agent Pioneer pour comparer P0023 Premium à P0023 standard semé le 18 mai à Champagneux en Savoie.
Dans cette zone, les parcelles sont essentiellement faites d’alluvions. D’excellentes terres qui peuvent rendre 150 q/ha sans irrigation. Mais en Savoie, les terres sont froides. Les maïsiculteurs sont donc en recherche de variétés qui sécurisent leur potentiel de rendement dès l’implantation en démarrant tôt et en passant rapidement le stade sensible.

Semé à 89 000 pieds/ha, P0023 Premium a été plus régulier au comptage avec 84 000 pieds/ha levés contre 75 000 pour la version standard. Et si l’appareil végétatif était globalement identique, le système racinaire de Premium est apparu bien plus développé.

Avec de tels résultats, il a fallu rappeler aux agriculteurs que les semences standards Pioneer sont dans la moyenne haute des résultats nationaux. Et que les semences Premium sont encore au-dessus.

En savoir plus sur Premium

13 juin 2019
Préservation et sécurisation

Dans un contexte de pression taupin moyenne à forte et des conditions climatiques peu poussantes comme celles du mois de mai, les semences Premium + double protection (Force 20 CS et microgranulé) ont cette fois encore montré leur intérêt à Mantenay-Montlin dans la Bresse.

Le semis date du 23 avril. Le comptage a donné 3 000 pieds/ha de plus en faveur de P9234 Premium Force 20 CS + microgranulé contre P9234 Force 20 CS + microgranulé. P9234 Premium avait également un système végétatif et racinaire plus développé que la version standard.

Du rendement préservé dès l’implantation et une configuration sécurisante à l’approche de l’été.

En savoir plus sur Premium