Actualités

Actualités
nationales

4 février 2020
Le tournesol à l’honneur dans TUP

Le Trait d’Union Paysan titre son article « Le tournesol, une culture de choix pour vos assolements 2020 ».

Il y rappelle que les charges opérationnelles du tournesol sont assez modérées, environ 300 € pour les semences, le désherbage et la fertilisation, et surtout maîtrisables car les besoins en fertilisation minérale sont assez faibles.

En culture pluviale, le tournesol est une culture qui sait valoriser les sols superficiels. Mais c’est dans les sols profonds qu’il exprimera tout son potentiel, avec de bons rendements à la clé, donc de belles marges.

Enfin, TUP parle du progrès variétal comme du premier levier utilisé pour faire face aux aléas climatiques et pour s’adapter à l’évolution du comportement des pathogènes (mildiou, verticillium, phomopsis, orobanche, …). Un article à lire !

Lire l’article

3 février 2020
8 millions de tonnes !

Le saviez-vous ?

Dans une de ses publications, l’AGPM évalue à 80 millions de tonnes la quantité de CO2 captée en 2019 par le maïs français. Passée la récolte, ce sont 8 millions de tonnes de CO2 qui se retrouveront dans le sol sous forme de carbone humifié.

 

27 janvier 2020
Envie de faire du biogaz ?

Un bel article est consacré par Bioénergie Promotion à des agriculteurs de Seine-et-Marne qui ont mis en service en 2017 une centrale de méthanisation qui injecte 250 Nm3/h de biométhane à 4 bar. Pour maintenir cette production, les digesteurs ont besoin de 20 000 t/an de matières végétales, 55 t/jour !

S’ils utilisent de la pulpe de betteraves produites sur leurs exploitations (9 000 t/an de matière végétale), ils sécurisent leur stock fourrager avec des CIVE, notamment 300 ha de maïs en CIVE d’été, qui rendent environ 9 000 t/an de matière végétale.
Parmi les hybrides utilisés, ils ont choisi P7326, un maïs Alterna, bien adapté au Nord de la France, qu’ils sèment début juillet après leur orge d’hiver.

Ils bénéficient ainsi de l’accompagnement Pioneer Alterna méthanisation pour optimiser leur production et du nouvel inoculant 11CH4 qui améliore la digestibilité de l’ensilage maïs pour maximiser la production de biogaz.

Nous vous recommandons la lecture de l’article. Il est clair, détaillé et instructif si vous envisagez, ou si vous faites déjà, de la biométhanisation.

Lire l’article

24 janvier 2020
Corteva, partenaire de Farming Simulator 19

Corteva Agrisciences, dont Pioneer est la marque semences, est désormais partenaire officiel de Farming Simulator.

En conséquence, il est désormais possible de semer du maïs, du tournesol ou du colza Pioneer et d’utiliser des herbicides Corteva dans le jeu. Farming Simulator 19 offre donc la possibilité aux joueurs d’utiliser leurs machines préférées pour semer et récolter les cultures de leur marque préférée 😁.

Corteva est également le sponsor principal de la saison 2019 – 2020 des tournois e-sport Farming Simulator, des compétitions qui voient s’affronter deux équipes de 3 joueurs.
Pour ceux qui ne connaissent pas Farming Simulator et/ou les compétitions e-sport, voici une petite vidéo. C’est en anglais, sorry. Mais la découverte vaut le coup 😉.

Vous êtes joueur de Farming Simulator 19 et vous semez des semences Pioneer ? Faites des vidéos et envoyez-les-nous. Il n’est pas impossible qu’on les publie pendant la période des semis.

 

22 janvier 2020
Les nouveaux mayas, une lettre qui vaut le détour

Nous vous en parlions déjà en 2018. Les Nouveaux Mayas, c’est une lettre mensuelle à la gloire du maïs à travers le monde.

Dans ses livraisons de 2019, le magazine vous fait passer par le Mozambique, la France, le pays des indiens Mojave, le Missouri et ses pipes en rafle de maïs, le Costa-Rica et ses 13 % de population âgée de 90+ ans notamment grâce à sa consommation régulière de maïs violet, très riche en flavonoïdes, et bien sûr le Mexique, pays des mayas, où le charbon du maïs est un met de choix, récolté sur des variétés de maïs sensibles cultivées spécialement.

Il y a aussi dans chaque édition la rubrique Corneries qui déconstruit intelligemment de nombreuses idioties que l’on entend régulièrement sur le maïs.

Et si le cœur vous en dit, peut-être vous amuserez-vous à perdre quelques représentants du « commun des mortels » dans vos champs de maïs tout en leur faisant découvrir de façon ludique cette plante des Dieux. C’est ce que propose la jeune société Pop Corn Labyrinthe qui loue des parcelles de maïs pour les transformer en labyrinthes géants. Des parcours très ludiques et éducatifs qui ont accueillis plus de 90 000 personnes l’an dernier.

Vers les nouveaux Mayas

17 janvier 2020
VTH : « aucun effet indésirable observé » dit l’ANSES

Les VTH n’ont, en elles-mêmes, « aucun effet indésirable observé d’après les données de surveillance disponibles », a indiqué l’ANSES dans son avis rendu fin novembre 2019. Par ailleurs, d’après toutes les données recueillies, aucune augmentation significative des cas de résistances aux principes actifs des herbicides de post-levée n’a été détectée.

D’après le rapport, ce seraient plutôt de mauvaises pratiques culturales qui pourraient, à terme, avoir certains effets indésirables.

En mars 2015, l’ANSES avait été saisie pour réaliser une expertise sur l’utilisation en France des Variétés Tolérantes aux Herbicides (VTH), notamment pour évaluer si l’augmentation globale de l’utilisation des VTH présentait des risques sanitaires, agronomiques et environnementaux.

Les VTH sont des variétés résistantes à l’imazamox ou au tribénuron-méthyle. Elles représentaient environ 27 % de la sole de tournesol implantée en 2017, selon Terres Inovia. Ce caractère de tolérance est conféré à ces plantes par des techniques d’obtention et de sélection variétale.

L’utilisation d’un tournesol ExpressSun – les tournesols VTH Pioneer – est toujours accompagnée d’un « stewardship » par les agents de terrain Pioneer pour aider l’agriculteur à mettre en oeuvre les bonnes pratiques agronomiques de gestion durable de cette solution de désherbage en post-levée des dicotylédones qui éviteront ou retarderont le développement de résistances des adventices.

 

15 janvier 2020
Oh ! La Vache ! – épisode 2 : un silo d’automne prêt à manger

Aurélien Huon est exploitant à Montaillé dans la Sarthe. Installé en GAEC avec sa famille, son atelier lait produit 1,2 millions de litres de lait avec 115 Prim’Holstein. En ration complète (environ 3/4 d’ensilage de maïs et 1/4 d’herbe enrubannée), Aurélien rencontrait, comme beaucoup d’éleveurs, des problèmes de production lors de la transition alimentaire d’automne. L’ensilage n’était pas encore assez riche en énergie digestible au cause de l’ouverture (trop) rapide du silo.

En puis Aurélien a essayé P8333, un maïs fourrage m3 avec son amidon farineux qui permet à l’ensilage d’atteindre un très haut niveau de digestibilité dès le premier mois…

 

16 décembre 2019
LumiGEN réinvente les semences standards

LumiGEN est la nouvelle offre complète de Pioneer pour sécuriser l’implantation de TOUS les maïs, tournesols et colzas Pioneer. TOUS, cela signifie que les semences standards comme les semences Premium bénéficient de ce nouveau traitement de semences.

LumiGEN, c’est l’association du biofertilisant Lumibio Kelta avec des micro et des macro-nutriments de haute qualité. Pour les semences de maïs, LumiGEN peut être complété par un insecticide et/ou un répulsif oiseaux en fonction du niveau de risque.

LumiGEN ce sont plusieurs bénéfices pour la culture : une meilleure tolérance au froid, une meilleure absorption des nutriments, un meilleur développement racinaire et foliaire, une émergence plus rapide et une meilleure activité photosynthétique.

Avec LumiGEN, le standard n’est plus ce qu’il était !

En savoir plus sur LUMIGEN

6 décembre 2019
Pour chaque exploitation, une solution adaptée

Diversifier ses cultures en sec est aujourd’hui une très bonne stratégie pour partager les risques d’accidents de production et sécuriser une marge globale correcte. Il est déterminant de faire tourner des cultures d’automne avec des cultures de printemps en fonction des potentiels de ses parcelles. Prenons l’exemple d’une exploitation avec des coteaux séchant, des plaines profondes et une partie irrigable (1 à 3 tours). Pour répartir les risques, l’exploitant a choisi de travailler 6 cultures : 3 céréales à paille sur 50 % de la SAU, du tournesol et du colza sur 15 % chacun et du maïs sur 20 % de la SAU.

Bien positionné et piloté, le maïs mérite toute sa place dans ce système. Voici quelques exemples de préconisations Pioneer (à affiner avec votre représentant Pioneer) :

  • mettre en place un Sem’Expert Dry sur les terres de coteaux moyens à bons en sec (IPSH 5) pour sécuriser une marge grâce à une récolte à la norme mi-septembre ; les bénéfices agronomiques du Sem’Expert Dry vont en plus permettre d’implanter la culture suivante dans de bonnes conditions ;
  • implanter un hybride AQUAmax sur les terres profondes sans irrigation pour valoriser vos sols à fortes réserves utiles (IPSH 4) ;
  • maximiser votre marge avec 3 tours d’eau ou moins (IPSH 3) sur les terres irrigables avec un hybride Sem’Expert Marge qui permettra de récolter à de très faibles humidités ET tôt pour semer un blé en suivant dans de bonnes conditions.

D’autres solutions existent, en fonction, par exemple, de la capacité de l’exploitation à sécher, du choix d’enchainer avec une culture d’hiver ou non, etc … Chaque système est différent. Et pour chaque système, Pioneer, par son expertise, vous accompagnera pour sécuriser vos objectifs par un conseil personnalisé.

N’hésitez pas à contacter vos agents Pioneer pour évaluer avec eux différentes stratégies.

 

28 novembre 2019
P0725 droit comme un i après toutes les intempéries !!