Bienvenue dans la web série m3 Pioneer !

Sur 8 épisodes vous allez vivre au rythme du GAEC Vivieroche à La Rochelle (70), élevage pilote pour les nouveaux hybrides maïs fourrage m3.

EPISODE 1
DES RACINES ET DES VACHES

Dans ce 1er épisode tourné mi-juin 2017, nous retrouvons Jérôme, responsable céréales du GAEC. Cela fait maintenant 3 ans qu'il sème du m3. Il dresse un bilan des semis : précoces, une germination très rapide, une résistance au gel étonnante. Il constate avec Loïc l'excellent développement racinaire de la plante assurant une parfaite tolérance au stress hydrique. Par le plus grand des hasards, cette rencontre au champ sera l'occasion pour Jérôme de découvrir qu'il partage un point commun étonnant avec Loïc. Bonne découverte !

EPISODE 2
RÉCOLTE 2016,
LA RECETTE D'UN BON SILO

Juin 2017. Loïc retrouve Alain dans l'un des silos m3 de l'été 2016 afin de vérifier que celui-ci a été optimisé pour une performance maximale de la ration des hautes productrices de l'exploitation. Tout y passe : hauteur du front d'attaque, densité de compaction, analyse d'un kilo de matière prélevée dans le silo. La ration est équilibrée et le grain a été bien éclaté. Attentif à la digestibilité pour ses vaches, Alain constate que l’ensilage de maïs m3 est prêt à l'emploi tout de suite après la récolte : le grain est farineux et s'écrase facilement au doigt. Autre constatation : les vaches font plus de lait et le TP a même augmenté grâce à un grain m3 à 40% d'amidon. Pour Alain l'aventure m3 lui a permis de faire plus de lait et de vendre plus de maïs plante entière !

EPISODE 3
EN VERT ET CONTRE TOUT,
POUR UN ENSILAGE TOUT EN SOUPLESSE.

Nous sommes le 5 septembre 2017, Jérôme a donné rendez-vous à Loïc sur une de ses parcelles m3 pour déterminer le stade de maturité de son maïs en vue du déclenchement prochain de l'ensilage. L’été a été très chaud, voire caniculaire. Malgré cela, aucun maïs n’a souffert de stress hydrique. Les épis sont gros et fécondés jusqu’au bout et la plante est restée verte même à un stade avancé. Pour Jérôme, l'autre atout du maïs m3 c’est d'offrir une grande souplesse dans la date de récolte : il peut attendre encore quelques jours pour aller à l’optimum du potentiel de rendement !

EPISODE 4
AUSSITÔT ENSILÉ,
AUSSITÔT PRÊT À MANGER !

Nous sommes en septembre 2017. Jérôme, Alain et Loïc se donnent rendez-vous au silo alors que l'ensilage bat son plein. Grâce aux conseils de Loïc, la confection du silo a été totalement revue et optimisée : dépôt de la matière devant le silo, mélange des différentes variétés de maïs, tassement régulier des récoltes par fines couches de 5 à 7 cm. Objectifs : éviter les problèmes de transition alimentaire et optimiser le volume du silo. Jérôme et Alain se servent de la cup m3 pour vérifier la qualité de l'ensilage à la fois sur une variété cornée et sur m3. Le constat est sans appel : ensilé avec la même machine et au même stade de maturité, le corné, plus dur, n'est pas tout le temps éclaté, là où le maïs m3, à la fois plus farineux et plus tendre, est parfaitement broyé. Le parfait éclatement du grain est une des conditions essentielles pour apporter le maximum d'énergie dans les rations et éviter de retrouver les grains de maïs entier dans les bouses.

EPISODE 5
L’ÉQUILIBRE EST DANS LA RATION

Décembre 2017. Dans ce nouvel épisode nous rejoignons Alain et Hervé, responsables de l’alimentation des vaches laitières du GAEC Vivieroche. Ils nous expliquent comment la ration a évolué depuis 20 ans. Le premier gros changement concerne la coupe de toute la fibre qui a mis fin au tri sélectif des vaches dans leur ration. Alain compare les performances sur 3 silos différents : un silo à 32% de MS, un silo à 30% et un silo m3 à 40% de MS. La différence a été sans appel : les 2 silos à 30% et 32% ont produit du lait, mais les vaches se sont mises assez rapidement en acidose, là où m3 a permis d'allier à la fois rendement laitier et santé du troupeau. Une chose est sûre : le choix de m3 a permis au GAEC de faire des économies sur le coût de la ration : soit 13000 € par an. C’est pas une paille comme on dit !

EPISODE 6
UNE RATION ÉQUILIBRÉE POUR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ

Le GAEC accueille son nutritionniste Gérald, pour un tour de ferme et discuter alimentation, santé des vaches et performances laitières. Gérald évoque, non sans humour, sa prudence vis à vis des hybrides m3 lorsqu’il les a recommandés pour la première fois au GAEC. Résultats à l’appui, ses craintes et celles d’Alain se sont envolées. Après une analyse visuelle de la ration, Alain revient sur la particularité des maïs récoltés cette année en Haute Saône, toutes génétiques confondues : plus typés « intestinal » ils assurent un TP record, mais produisent un peu moins de lait. Malgré cela, Gérald se félicite de la régularité des performances de m3 aussi bien au champ, sur la production de lait que sur la santé des vaches (pas d’acidose). Performances qu’il a pu constater chez l’ensemble des fermes qui ont fait le choix de la nouvelle génétique ensilage Pioneer. Mais la génétique ne fait pas tout. Elle doit s’accompagner d’un pilotage précis et minutieux pour optimiser à la fois l'apport d’énergie (amidon digestible) et l’équilibre de la ration (santé des vaches). Et ça commence au champ par le choix d’une date d’ensilage optimale afin de récolter le maïs à un taux idéal de 38% de matière sèche.
Y a plus qu’à !

EPISODE 7
LES BONS CONSEILS FONT LES BONS SEMIS

Pressigny (Haute Marne), jeudi 26 avril 2018. Loïc rejoint Clément, responsable des semis au GAEC Vivieroche sur sa parcelle de 16,5 ha. Les semis sont très tardifs cette année en raison d’une météo très capricieuse (pluie et froid). Il n’y pas de temps à perdre et Clément profite d’une semaine de beau temps où toutes les conditions sont favorables pour semer son maïs jour et nuit sur l’ensemble de ses parcelles. Clément et Loïc passent en revue la nature des sols, les amendements, les intercultures, pour s’attarder sur les règles d’or à respecter pour favoriser les semis et une émergence réussie des maïs : le potentiel de réserve hydrique et la température idéale du sol, ainsi que les réglages du semoir (aplomb, profondeur de semis, écartement régulier entre chaque grain semé). Clément invite ensuite Loïc à aller sur la parcelle de m3 semée 4 jours plus tôt en conditions Sem’Expert. Le maïs est déjà bien germé, preuve que même en condition froide sur le plateau de Langres rien n’arrête m3 !

EPISODE 8
PETIT DÉJEUNER AU GAEC : L’HEURE DU BILAN

GAEC Vivieroche - La Rochelle (Haute Saône), vendredi 27 avril 2018. Bruno, responsable génétique et alimentation du troupeau (et passionné de concours de vaches) profite de la pause du petit déjeuner après la traite du matin pour faire un bilan avec Alain et Clément sur l’expérience 3 aussi bien au champ que pour les vaches. Le constat est unanime : la plante présente une excellente résistance aux stress (gel, stress chaleur, stress hydrique). En trois ans, le GAEC a gagné par tête + 600 kilos de lait, + 0,8 TB, +1,02 TP avec une excellente régularité des taux même en été et des vaches qui restent en bonne santé, malgré les fortes productions (pas d’acidose). Pour Bruno, la réussite m3 réside dans la valorisation par la vache de l’apport énergétique du maïs (amidon), grâce notamment à son excellente digestibilité. Il note quand même, non sans humour, un petit bémol à cette équation : mieux valorisé = moins de perte... donc, moins de matière pour la méthanisation. Rien n’est parfait !