Actualités

Actualités
de votre région

14 mai 2019
Quelques principes en cas de gel

Plusieurs zones ont été touchées par des épisodes de gel plus ou moins fort. Vous observez peut-être dans vos parcelles des feuilles qui deviennent brunes puis se décolorent pour devenir translucides avant de disparaître.

Sachez que tant que l’apex de la plante est indemne, le maïs est viable quel que soit l’état des feuilles. L’apex indemne conserve sa capacité à produire les nouvelles feuilles qui apparaitront dès que les conditions seront meilleures.

Par contre, ne faites aucune intervention sur la parcelle tant que les plantules ne sont pas correctement reparties et lors des traitements herbicides (et des apports d’engrais), n’oubliez pas de prendre en compte les feuilles disparues pour respecter les stades d’application et ne pas engendrer de phytotoxicité.

 

30 avril 2019
Sem’Expert Dry, le maïs le moins risqué

Gilles VK, agriculteur dans le Loiret, a été obligé de retourner une parcelle de colza. Seule solution pour préserver de la marge, faire un maïs.
Mais sa parcelle est très séchante et non irriguée. Il a donc choisi de faire du Sem’Expert Dry, « la manière de faire du maïs qui est la moins risquée« .

 

25 avril 2019
Semis précoce de maïs en Champagne

Un éleveur a semé le 28 février près de Châlons-en-Champagne P0725 AQUAmax, un hybride très tardif qui a un bon potentiel de rendement et perfore facilement le plastique.

P0725 AQUAmax a été semé sous plastique pour viser un rendement de 16 à 20 T MS/ha. Sinon, on dépasse rarement les 8 à 10 T MS/ha dans ces terres blanches de Champagne.

Malgré le gel de mars, l’hybride s’est très bien comporté et à perforé le plastique début avril.

 

19 avril 2019
Médaille d’argent aux Trophées des Culturales 2019

Corteva Agriscience, maison-mère de Pioneer, et Monosem ont été distingués par une médaille d’argent dans la catégorie innovation à l’échelle de l’exploitation.

Le projet primé est une nouvelle méthode de lutte contre les taupins qui associe un insecticide de biocontrôle Corteva avec l’avoine comme plante appât et le développement d’un prototype de semoir qui permet la double implantation maïs-avoine en simultané avec l’application de la solution de biocontrôle.

Ce concept « tout-en-un » constitue une alternative aux impasses techniques dues au retrait des néoticotinoïdes, valorise l’agroéquipement au service de l’agro-écologie et est utilisable en agriculture biologique.

Le maïs est semé par des éléments semeurs NG Plus 4 tandis que la plante appât (avoine) est implantée grâce au fertiliseur du semoir dont les enfouisseurs sont disposés dans l’inter-rang, ce qui permet d’implanter l’avoine plus profondément que le maïs. L’insecticide de biocontrôle est apporté par le microgranulateur Microsem.

 


Les plantes appâts pour protéger les maïs

La technique des plantes appâts est une méthode de lutte contre les taupins étudiée depuis peu. Concrètement, il s’agit de semer une plante compagne du maïs qui attirera les larves de taupins, diluant ainsi les attaques contre les semences de maïs. Un des avantages de cette méthode de lutte est qu’elle convient à une conduite en bio.

S’il existe plusieurs variantes de cette technique, Corteva, maison-mère de Pioneer, a choisi de se concentrer sur l’implantation simultanée du maïs et de l’avoine, la plante appât, tandis que le maïs est protégé par un insecticide de biocontrôle apporté simultanément. L’avoine est semé dans l’inter-rang – 100 kg/ha, une bonne densité – ce qui facilite sa destruction mécanique ou chimique.

Il demeure important que l’avoine soit détruit assez tôt pour éviter de concurrencer le maïs. Le stade 3-4 feuilles du maïs apparaît être un stade recommandable.

 

15 avril 2019
Semer du maïs avant ses betteraves !

Thierry, Agriculteur d’aujourd’hui, a découvert le maïs Sem’Expert Dry en 2018 lorsqu’il a interviewé des agriculteurs du Sud-Ouest lors des semis puis des récoltes.

Convaincu par cette innovation, il a décidé d’en faire cette année. Sur une parcelle séchante, crayeuse, qui a un potentiel moyen de 80-90 q/ha de blé. Le type de parcelle qui sait valoriser un Sem’Expert Dry en somme.

 


Tout ! Vous saurez tout sur le Dry !

Avec cette discussion entre Alison et Thierry, Agriculteur d’aujourd’hui, le Sem’Expert Dry n’aura plus de secret pour vous.

Parcelles idéales, construction de la marge, accompagnement à la conduite du maïs, fertilisation, intérêts agronomiques de l’introduction d’une culture de printemps dans une rotation courte, intérêts mécaniques et prophylactiques d’un maïs qui se récolte très tôt, spécificité des semences et disponibilité en bio, … un film qui détaille Sem’Expert Dry dans toutes ses dimensions.

 

2 avril 2019
P7326, l’allié des agriculteurs méthaniseurs

Emilien Arnoult est agriculteur en Seine-et-Marne et associé sur une unité de méthanisation en injection à Pommeuse (77).

Pour alimenter leur méthaniseur en 2018, les trois associés ont utilisé une CIVE* d’été : du maïs. Cette culture intermédiaire a été semée le 26 juin après un escourgeon grain et récoltée le 5 octobre. Nécessitant une culture avec un cycle court, ils ont semé des maïs fourrages ultra-précoces sur une centaine d’hectares. Trois variétés ont été testées, dont P7326.

S’ils étaient satisfaits des rendements, c’est bien P7326 qui est sorti du lot grâce à un taux de MS plus élevé, 32 %, et surtout grâce à la régularité de ce taux sur les différentes parcelles ; quand les deux autres hybrides oscillaient entre 29 et 30 %.
Pour 2019, ils ont donc décidé de faire P7326 sur au moins la moitié de leur surface.

CIVE : Culture Intermédiaire à Valorisation Energétique

 

28 mars 2019
Bien se protéger en manipulant des semences traitées

Les semences traitées avec des produits de protection et les poussières qui en sont issues peuvent irriter votre peau, vos voies respiratoires et vos yeux.
La téfluthrine notamment peut provoquer de façon transitoire et reversible, mais désagréable, démangeaisons, picotements et sensation de brûlure ou d’engourdissement.

Le port des équipements de protection individuel (lunettes de protection, protection respiratoire, gants en nitrile, combinaison de travail, tablier) lors de la manipulation des semences est sensé prévenir tout contact donc empêcher l’apparition de symptômes.

Si vous deviez ressentir un des symptômes cités, le premier réflexe doit être de laver les zones concernées à l’eau froide. Ayez donc toujours à portée une ou deux bouteilles d’eau fraîche.
Vous pourrez ensuite, si besoin, consulter la fiche de données de sécurité ou vous renseigner en appelant le n° Vert 0 800 803 264

Pour plus d’informations immédiatement sur les mesures de sécurité, téléchargez la fiche liée.

 

27 mars 2019
Sécurité avec les semences traitées : Avant le semis

Lors de la réception de semences traitées, vérifier que les sacs ne soient pas endommagés. Manipuler les sacs avec précaution et bien les ranger pour éviter de les endommager.

Les semences traitées doivent être stockées dans un local sécurisé, inaccessible aux enfants et aux animaux. L’endroit doit être sec et ventilé et à l’abri du soleil et de toute source de chaleur.

Avoir une poubelle pour ramasser les éventuelles graines au sol.

S’assurer que le semoir est équipé d’un déflecteur à poussière.